ITURI/ ÉCONOMIE : Saidi Munyanya Richard multiplie des efforts pour administrer le secteur des mines en dépit de l’insécurité

La Province de l’Ituri est l’une des provinces réputées minières en RDC, cependant l’insécurité grandissante dans le milieu ne prédispose pas ce secteur à se développer afin que la population Iturienne en tire profit.

Nommé dans ce contexte pour diriger le secteur minier, Monsieur Saidi Munyanya Richard, Chef de Division Provinciale des Mines a indiqué qu’en dépit de la situation d’insécurité grandissante dans certains territoires de la Province, quelques activités sont réalisées.

S’agissant de l’exploitation industrielle, Saidi Munyanya indiqué qu’une seule société ( MCC/ Ressources) est inscrite dans ce domaine mais cette société est jusque là en phase exploratoire.

Cependant, s’agissant de l’exploitation semi-industrielle, le Chef de Division note l’existence de quelques initiatives, telle que les dragues qui exploitent l’or ainsi que d’autres minerais dans plusieurs coins des territoires de la Province de l’Ituri.

Toutes fois l’exploitation artisanale est la principale activité et c’est d’ailleurs cette activité qui est à la base de la naissance de plusieurs groupes armés et milices qui écument la population.

A ce sujet, d’ailleurs, l’administration minière a du mal à contrôler certains sites miniers se trouvant dans des zones rebelles ( Territoire d’Irumu, Djugu, Mahagi etc.) Dans tous ces territoires, difficile d’établir la traçabilité des minerais.

Quoi qu’il en soit, les quelques comptoirs existants arrivent à acheter tant bien que mal quelques minerais provenant des exploitations artisanales.

Ainsi, au premier semestre 72kgs ont étés exportés légalement. Cette statistique est disponible notamment grâce à la bonne collaboration entre la Division des Mines et le CEEC qui est le patron de la certification en RDC, indiqué Saidi Munyanya Richard.

A ce jour, il est à noter que dans le secteur minier en Ituri, la fraude occupe une grande place, faute notamment de l’existence de plusieurs comptoirs d’achat de matières précieuses, une cause du reste de la fraude minière. Actuellement la Ville de Bunia en compte seulement trois ( Muungano na Maendeleo, Yellow stone et Pure Billion).

Chelsea Malaika